Histoire de la soie
L'histoire de la soie débute selon la tradition chinoise au XVIIe siècle av. J.-C. et se poursuit avec trois millénaires d’exclusivité durant lesquels la Chine commerce ce tissu précieux sans jamais en transmettre le secret. L’art de fabriquer la soie s’est ensuite progressivement transmis aux autres civilisations grâce à des espions de tous genres (moines, princesses ...) aux pillards et aux marchands.

Arrivée en Europe occidentale à la fin du Moyen-Âge, la production de soie parvient au stade de l'industrialisation à partir du XIXe siècle mais connaît un grave déclin lié à l’essor de certains pays d’Asie et aux épidémies qui la touchent en France à cette époque. Elle est donc finalement redevenue une production essentiellement asiatique.
La technique de la soie
La sériciculture est l'élevage du ver à soie.
Elle consiste en l'ensemble des opérations de culture du mûrier, d'élevage du ver à soie pour l'obtention du cocon, de dévidage du cocon et de filature de la soie.
Le décoconnage
Huit à dix jours après la fabrication du cocon, les cocons sont enlevés de leur support et triés. Ensuite on enlève la bourre ou « blaze » qui a servi à la fixation du cocon.

L'étouffage
Les cocons sont ensuite étouffés dans des étuves de 70 à 80°C, puis trempés dans l'eau bouillante pour que le grès se ramollisse. La chrysalide doit être tuée sans abîmer le cocon.

La filature
Pour trouver l'extrémité de chaque fil, on remue constamment les cocons avec un petit balai de bruyère (dans les Cévennes) ou de paille de riz (en Chine). Celui-ci sert à accrocher les premiers fils de dévidage. Chaque fil étant trop fin, on en réunit plusieurs (une dizaine) lors du dévidage. Ceux-ci se soudent entre eux grâce au grès, lors de son refroidissement.
La teinture
La teinture de la soie se pratique toujours sur de la soie décreusée.

Le tissage
La soie pour le tissage se présente sous la forme de flotte.
Elle est enroulée sur un tambour, « l'ourdissoir ». Cela permettra de monter les fils de chaîne sur le métier.
Elle est dévidée sur une « canette » qui sera placée dans la « navette ». Celle-ci sert à tisser la trame.
La fabrication de la soie en vidéo
Les fils sont enroulés sur des « dévidoirs », la soie est alors dite soie « grège ». Celle-ci est ensuite enroulée sur des écheveaux ou « flottes ». Un kilo de soie grège s'obtient avec 8 à 10 kg de cocons.

La préparation du fil
Le moulinage
La soie grège n'est pas suffisamment résistante. On lui fait subir différentes torsions suivant la qualité du fil que l'on désire obtenir (crêpe de Chine, crêpe Georgette...). C'est l'opération de moulinage.

Le décreusage
Puis on la fait bouillir dans de l'eau savonneuse pour éliminer le grès c'est le « décreusage ». Cette opération peut être effectuée sur la soie en flottes ou déjà tissée. Elle prend alors le nom de « soie cuite ».